Rechercher
  • Astrid

Portrait d’entrepreneuse : “A 22 ans, j’ai créé deux sociétés dans le marketing d’influence"

Marie Argence est une passionnée de musique. Sa passion l’a amenée à créer, encore adolescente, sa propre structure pour gérer des communautés de fans, dont celle des chanteurs Tokio Hotel, Lady Gaga ou encore Simple Plan. Aujourd’hui, elle a créé son agence de communication dans le marketing d’influence. Récit.


Adolescente mais déjà entrepreneuse


J’ai commencé à entreprendre à 17 ans, en 2006, un peu malgré moi. Depuis toute petite, je suis passionnée de musique. Un jour, avec une amie, alors que nous étions encore au lycée, nous décidons de créer un forum sur Tokio Hotel, groupe de rock allemand. Notre but ? Créer une communauté d’échange pour partager des actualités sur leur musique. A l’époque, nous choisissons la plateforme Forum Actif. Facebook en était alors encore à ses prémices en France. Nous n’avions pas d’ambitions particulière pour ce projet et n’étions absolument pas dans une optique “business”. Nous étions réellement guidées par notre passion. Mais à peine trois mois après le lancement du forum et devant son succès, nous entrions en contact avec la maison de disques Universal. C’est comme cela que nous avons commencé à travailler pour eux, en tant que prestataires, pour gérer le forum officiel du groupe. Cela était une opportunité fantastique. Avec leur soutien, nous avions un accès privilégié aux artistes, à des cadeaux, à des places de concert à faire gagner à leurs admirateurs. Au bout de 6 mois, nous comptions plus de 150 000 membres sur le forum.


"Au bout de 6 mois, nous comptions plus de 150 000 membres sur le forum."

Comme cela fonctionnait très bien, nous avons dupliqué ce modèle pour d’autres artistes. Nous utilisions les mécaniques d’influence en communiquant sur les bases fan d’un groupe pour en faire connaître un autre, dans la même veine musicale.


Le succès étant au rendez-vous, la maison de disques Warner nous a sollicitées à son tour pour d’autres artistes comme Alanis Morissette et Simple Plan. Ce qui a fait notre réussite étaient les interactions très nombreuses et la grande spontanéité dont nous faisions preuve, précurseurs pour l’époque.

La rencontre avec Lady Gaga


Mais c’est en 2009 que ma vie a pris un vrai tournant. Cette année là, j’ai rencontré Lady Gaga lors des NRJ Music Tour. Après lui avoir expliqué ce que nous faisions mon amie et moi sur les forums, elle nous a encouragé à échanger avec son manager. Nous avons bien accroché et ce dernier nous a alors proposé de nous occuper des fans de la star. Par chance, j’étais bilingue. Pendant près de 2 ans, nous avons navigué entre la France et les Etats-Unis (Los Angeles) pour gérer sa communauté et les autres en parallèle. Nous accompagnions les artistes en tournée, réalisions des photos, vidéos, animions les sites, forum, blogs.


"Pendant deux ans, nous avons géré la communauté de fans de Lady Gaga."

Rapidement, nous avons dû créer notre propre structure. Cela nous permettait de facturer des montants plus élevés, mais aussi de faciliter les démarches pour obtenir des visas pour nous rendre aux Etats-Unis.


Cette expérience était extraordinaire et m’a permis de côtoyer des personnes fabuleuses, que je n’aurais jamais imaginé croiser dans ma vie. En l’espace de deux ans, j’ai énormément appris et grandi aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel. J’ai eu la chance de pouvoir percevoir la sensibilité des artistes, d’interagir avec eux, et surtout de partager leur passion pour la musique. Cela m’a permis d’aller au-delà des aprioris. Professionnellement, c’était une carte de visite incroyable, encore aujourd’hui. Je passais à peine mon bac et j’étais déjà citée en référence dans le livre “Community Management” de Matthieu Chereau, 2ème édition.


J’ai aussi appris ce qu’était de monter une entreprise dans le divertissement. Du fait de ma jeunesse de l’époque, mon chemin a parfois été compliqué. Difficile d’être prise au sérieux à 18 ans, d’autant plus dans ce milieu. J’ai dû beaucoup lutter contre les stéréotypes de la “groupie” dans les coulisses. Je devais me justifier sans cesse. Mais en me répétant que je vivais mon rêve, j’ai réussi à passer outre les critiques et leur côté parfois usant.


"Difficile d'être prise au sérieux à 18 ans, encore plus dans l'univers musical."

Tout au long de cette expérience, j’ai été très entourée et notamment aidée par deux personnes de chez Warner et Universal Music. Leur accompagnement m’a été précieux. J’étais en quelque sorte en “formation directe” sur le terrain avec des mentors. C’est aussi ce qui m’a guidé dans cette folle aventure.


Le retour en France et à la vie de salariée


Fin 2010, j’ai ressenti l’envie de rentrer et de poser mes valises pour avoir une vie plus stable et retrouver un environnement qui me correspondait mieux. A Los Angeles, il y a une sorte de vernis qui rend les choses, les personnes, “surfaites”. De retour en France, j’ai vendu mes parts de la société à mon amie et j’ai intégré Universal en tant qu’attachée de presse & chef de projet marketing.


J’avais 21 ans et j’étais la plus jeune recrue en CDI (souvent plus jeune que les stagiaires !). Pour moi c’était le graal. Pouvoir travailler pour le label de musique AZ, c’était une vraie chance. Malgré mon enthousiasme, le contexte de l’industrie musicale à cette époque là rendait le travail parfois pénible. Les ventes de disques étaient en berne. Les sociétés devaient opérer des virages stratégiques vis-à-vis de l’émergence du streaming et de plateformes comme Youtube. Les relations humaines étaient assez limitées et un stress ambiant minait le moral des troupes.


A la fin de l’année 2012, j’ai décidé de quitter la vie de salariée et de voler de mes propres ailes pour m’émanciper à nouveau.


La création de ma deuxième société : MaComAgency


En octobre 2012, j’ai pris la décision de créer mon agence de communication : “MaComAgency”, toujours en activité aujourd’hui. Cela m’offre la possibilité de gérer de nouveau mon rythme et de consacrer du temps à des projets qui me tiennent à coeur. A l’origine, l’agence accompagnait des entreprises dans le secteur du divertissement sur leurs problématiques de relations presse et marketing digital. Le premier projet de l’agence a été d’assurer le Community Management de la comédie musicale “Sister Act” au théâtre Mogador.


Peu à peu, l’agence s’est dirigée vers le marketing d’influence et a étendu ses secteurs d’intervention. Cette évolution de l’agence fait écho au nouveau prisme que la communication a pris peu à peu avec l’émergence des influenceurs. En quelques années, les blogueurs sont devenus des créateurs de contenu à part entière et ont vu dans les plateformes sociales (Facebook, Instagram, Youtube…) une caisse de résonance extraordinaire leur permettant de toucher des milliers de personnes. Aujourd’hui nous travaillons main dans la main avec eux et je m’appuie énormément sur mon expérience passée dans le domaine.


Sept ans plus tard, nous sommes une petite dizaine dans l’agence. Nous travaillons beaucoup avec des prestataires externes qui excellent dans leurs domaines de compétences notamment sur la réalisation de contenus. Cela nous permet d’être très réactifs, de faire preuve de souplesse, mais surtout de proposer des prestations d’accompagnement très personnalisées et uniques.


De plus, recruter est quelque chose de très compliqué. La première difficulté réside dans la complexité à trouver la perle rare dans la masse de profils disponibles. C’est pourquoi je commence toujours par solliciter mon réseau. J’ai d’ailleurs remarqué que cela avait une incidence positive sur l’implication du candidat par la suite. Mais le recrutement prend toujours du temps. Il ne faut pas perdre espoir et être prêt à voir au moins une dizaine de personnes avant de trouver la bonne ! Ensuite, le deuxième frein est lié aux spécialisations des formations créées par les écoles. Pour ma part, j’ai besoin de profils ayant l’envie d’évoluer dans des secteurs très variés et non pas uniquement dans le luxe par exemple. Pas toujours évident de concilier les deux...


"Nous travaillons beaucoup avec des prestataires externes pour leur regard neuf, leur réactivité et leur souplesse."

Pour continuer à nous développer, nous faisons constamment évoluer notre technologie propriétaire, un outil basé sur l’intelligence artificielle appelé “Visions of Joana”. Ce dernier permet l’analyse des données liées aux campagnes d’influence, relations presse et de marketing digital. Cette offre complémentaire est bien accueillie et évoluera certainement pour la fin d’année prochaine vers un modèle SaaS. Ces changements de trajectoire pour la société ne conviennent malheureusement pas à tous et quand c’est le cas, il faut s’attendre à un renouvellement des équipes. C’est ce qui m’est arrivé, mais j’ai su rebondir et retrouver des talents, sensibles à cette vision.


Pour ce projet, je suis actuellement en train de lever des fonds. L’objectif est d’atteindre un premier palier de 500 000€ puis un second de 3 millions d’euros. Les dossiers à monter sont clés car ils sont la carte d’identité du projet et de la marque. Pour m’accompagner, je me suis entourée de personnes expertes en levées de fonds. C’est un point essentiel à mon sens pour réussir car cela me permet de continuer à disposer du temps nécessaire pour développer le commercial et intervenir sur les projets.


"Il ne faut pas hésiter à bien s'entourer lors d'une levée de fonds. Les dossiers à monter sont clés car ils sont la carte d’identité du projet et de la marque."

L’agence travaille pour de très belles marques et j’aime à penser que, même sept ans après, ce n’est que le début d’une belle histoire. Chaque journée est unique. Pour moi, c’est un défi permanent mais qui m’ouvre le champ des possibles. Vous êtes guidés par une passion ? Suivez vos rêves et montez votre propre structure si vous en avez l’envie. S’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est qu’il ne faut pas s’arrêter aux préjugés !


"Suivez vos rêves et montez votre propre structure si vous en avez l’envie. S’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est qu’il ne faut pas s’arrêter aux préjugés !"

Vous avez aimé cet article ? Découvrez aussi...










Vous aussi, vous souhaitez que je raconte votre histoire ? Ecrivez-moi via le formulaire de contact !

226 vues

©2019 by astridseulliet.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now