Rechercher
  • Astrid

Monter sa startup aux Etats-Unis : 3 erreurs à éviter

Mis à jour : 30 juin 2019


Retour sur l’expérience d’un jeune entrepreneur qui a monté sa startup aux Etats-Unis. Les 3 choses qui l’ont le plus marqué et les 3 erreurs à ne pas commettre.




Aux Etats-Unis, la mentalité est quelque peu différente de celle en France. Si là-bas la peur de l’échec n’existe pas (des fêtes sont même organisées pour célébrer des faillites…), 3 choses ont particulièrement marqué notre entrepreneur :


1/ Le visa : partir entreprendre aux Etats-Unis est pour beaucoup un rêve. Malheureusement, les visas sont un réel problème pour les étrangers et cela peut vite être un frein pour les entrepreneurs. Chers et parfois tirés au sort par un système de loterie, le casse-tête pour rester sur place est vite arrivé. Ne sous-estimez pas ce point. Les américains ne blaguent absolument pas avec les visas. Si vous venez faire un programme d'accélération aux USA, le plus simple est certainement d'opter pour un visa B1/B2. Ce visa vous autorisera à rester plusieurs mois par an aux Etats-Unis pour raisons professionnelles liées à votre société : démarcher des clients, assister à des conférences, trouver des investisseurs, faire une étude de marché, etc.  mais aussi de faire du tourisme sur place. Il vous en coûtera une centaine d'euros et une visite à l'ambassade en France.


2/ Les avocats : aux Etats-Unis, le besoin d’avocats est constant. Tout doit être bordé juridiquement, parfois à l’extrême. Cela peut parfois jouer des tours, notamment en complexifiant trop des conditions générales de vente. Tellement complexes, que personne ne les lit... Dans certains cas, cela peut même s’avérer être un problème pour travailler avec des partenaires.


3/ Le rapport à l’argent et la compétition aux States est très fort. Il faut être prêt à se battre pour survivre sur le marché !


A présent, revenons sur les 3 erreurs commises par notre entrepreneur :


1/ La nécessité absolue de vouloir s’associer. Cela peut être une bonne idée, mais pas toujours. Il faut prendre le temps de choisir la bonne personne et avoir une réelle confiance en elle. Cela sera décisif pour la suite des événements et la survie de votre entreprise.


2/ Le recrutement : la mauvaise connaissance des métiers (ex : commercial) pour lesquels on cherche à recruter peut être très préjudiciable. Un conseil, testez vous-même le métier concerné dans la mesure du possible afin d’en connaître les bases et savoir de quoi vous parlez. Cela vous évitera certaines déconvenues.


3/ La promotion de son projet : avec ses expériences passées, notre startuper a connu des façons de faire très différentes en termes de communication et de publicité. Certaines entreprises allouent énormément de budget aux campagnes Adwords et à l’achat de publicités sur Facebook, tandis que d'autres privilégieront des stratégies d'influence. Il faut savoir garder son libre-arbitre, se faire confiance et ne pas toujours chercher à calquer des stratégies vues ailleurs, surtout si le business était très différent.


Vous savez maintenant un peu mieux quels sont les principaux pièges à éviter, alors à vous de jouer ! ;-)


#USA #Startup #Entrepreneur

0 vue

©2019 by astridseulliet.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now